2

Blur

Après maintenant une bonne centaine d’heures passées sur Blur (à la fois en ligne et en solo) j’ai enfin décidé de prendre le clavier pour vous proposer ma critique d’un des derniers titres de feu Bizarre Creations (le dernier en date étant le 007 : Blood Stone). Bizarre Creations a fermé ses portes en février 2011 suite à différentes pressions du propriétaire Activision, je ne reviendrai pas sur l’histoire de ce formidable développeur, il faudra que je vous réécrive peut être leur histoire . Cette société représente beaucoup de choses pour moi car je l’avais connue sur Dreamcast avec l’ancêtre de Project Gotham Racing alias Metropolis Street Racer mais également par le biais des épisodes 3 et 4 de la même saga sur Xbox 360 et surtout leur fameux Third Person Shooter (TPS) The Club que je vénère en tant qu’adepte du scoring, depuis sa sortie en février 2008. Aujourd’hui, nous allons donc nous attarder sur ce jeu hybride appelé Blur, qui a été comparé à tort à un Mario Kart réaliste… en ce qui me concerne je le mettrais plutôt aux côtés de la saga des Wipeout voire même de Megarace pour les vieux PCistes comme moi, s’il y en a dans l’assistance.

Il s’agit d’un jeu de courses où l’on récupère des items plus ou moins ressemblants avec les Mario Kart like où il vous faudra armer votre véhicule au maximum avec 3 de ces armes pour ainsi tenter de vous frayer un chemin vers la victoire. Au programme donc : missiles à têtes chercheuses, missiles simples, réparation, invincibilité, boost, mine… qui plus chacune de ces armes peut être utilisé de deux manière, soit en pressant uniquement le bouton A, par exemple pour une mine vous la posez exactement à l’endroit où vous êtes passé, si vous pressez le bouton A et en même temps que vous appuyez sur la direction AVANT vous envoyez la mine devant vous, très pratique pour ralentir un concurrent qui vient de vous doubler. Là où la différence est importante avec les autres jeux du genre : Blur vous met aux commandes de bolides sous licence, à savoir des BMW, Audi, Dodge, Renault, Hummer, Opel etc… un peu comme on en avait l’habitude dans les PGR de Bizarre Creations. Ici, les véhicules sont donc fidèles à la réalité, pas de kart marrant ou quoique ce soit (la publicité TV parodiait aisément ce type de jeux), rien que des voitures que nous pourrions facilement conduire et détruire… celles-ci se trouvent d’ailleurs réparties entre 4 catégories de puissance (A, B, C et D) et ont chacune leurs caractéristiques en matière de vitesse, accélération, adhérence au sol et barre de vie (pour encaisser plus ou moins les attaques). Une bonne quarantaine de voitures est disponible au fur et à mesure de l’avancement dans le mode solo mais qu’il vous faudra débloquer de nouveau dans le mode multijoueur. Une course type se déroule sur l’un des trente tracés parmi 4 pays : Angleterre (Brighton et sa plage sous les feux d’artifice), Espagne (Barcelone), Japon (Tokyo), Etats-Unis (San Francisco pour les nostalgiques de MSR sur Dreamcast, New York, rase campagne texane…) on est quand même loin de la diversité proposée sur PGR4 mais il y a quand même de bonnes différences entre ces circuits pour lesquels il sera indispensable d’apprendre tous les recoins (et raccourcis) pour arriver premier sur la ligne d’arrivée. On notera tout de même l’absence du contexte météorologique qui était vraiment appréciable pour un jeu typé arcade dans PGR4… ici, pas de pluie, pas de neige et encore moins de brouillard… dommage ça rajoutait pas mal de fun aux courses !

Le mode solo se déroule à la manière d’un PGR, en suivant donc un mode carrière, malheureusement assez court si on le fait d’un seul trait sans se soucier de réussir tous les objectifs fixés. Par contre, si l’on souhaite boucler ce mode en difficile avec tous les feux (principaux et secondaires), il vous faudra quelques heures de patience à recommencer certaines courses, mais même dans cette configuration, pas besoin d’être un as de Forza pour y arriver. Cette carrière est répartie en plusieurs chapitres composés de 6 courses chacun et se terminant par un combat contre un « boss ». A chaque course remportée, vous remportez des « feux » principaux (3 en finissant 3ème de la course, 4 en terminant 2ème et 5 pour le premier), auxquels vous pouvez rajouter 2 feux optionnels qui sont la réussite du « slalom de fan » de la course (un peu l’équivalent de la course de cône de PGR) et le « fan challenge », qui consiste à remporter un nombre de fans prédéfini avant de commencer la course. Ces fans représentent en fait l’expérience que vous allez acquérir pour changer de niveau (niveau 25 maximum en solo et 50 en ligne), vous allez pouvoir en remporter en envoyant des attaques sur vos ennemis, en esquivant les tirs de ces derniers, en faisant des glissades plus ou moins longues, en remplissant certaines exigences de fan. Ces exigences de fan apparaissent à partir du deuxième chapitre du mode solo et vous demandent d’effectuer par exemple un dépassement nitro ou encore un tir d’orbes en glissant… tout ceci dans le but d’engranger un nombre encore plus important de fans et ainsi débloquer de nouvelles voitures. Chaque chapitre est donc divisé en 7 courses, pendant les 6 premières il vous faudra réussir certaines exigences mises en place par le boss avant de pouvoir l’affronter (ex : glisser sur les 1500m en tout). Ces 6 premières épreuves peuvent être des courses traditionnelles où il faudra terminer dans les 3 premiers pour « valider » la course, d’épreuves de destruction (seul contre de nombreuses voitures qu’il faudra dézinguer pour débloquer du temps supplémentaire), épreuves de checkpoint, bref, il y a de quoi varier les plaisirs pour éviter la monotonie. Le jeu en lui-même est assez bien calibré au niveau de la difficulté pour permettre aux novices du genre de se faire la main sur le mode solo et de bien se familiariser avec les systèmes de conduite (très arcade) et d’armement qui requièrent une bonne adaptation pour vraiment réussir à faire ce dont on n’a vraiment envie.

 03

Après avoir joué pendant quelques heures sur le mode solo, il peut être intéressant de passer au mode en ligne massivement multijoueurs. Sachant que le jeu est sorti il y a un peu plus d’un an, à une période où un concurrent direct (Split/Second Velocity de Disney) est sorti, je trouve cela énorme de trouver encore 300 personnes environ chaque jour sur le mode multi, il faut dire que quand on accroche au système le jeu est particulièrement prenant. Alors il est vrai qu’arriver sur un jeu comme celui-ci un an après sa sortie, vous promet de retrouver de nombreux cadors avec des statistiques impressionnantes, mais le système d’armement et la connaissance des circuits restent des atouts majeurs pour bien figurer dans les courses. Pour ma part, n’étant pas un fin spécialiste, j’arrive quand même à tirer mon épingle du jeu, sur des sessions d’environ 7-8 courses, en moyenne j’arrive entre la 5ème et la 8ème place sur 20… ce qui n’est déjà pas trop mal. Calqué sur sur le mode carrière, un principe d’évolution par le nombre de fans est en place avec des véhicules et des modifications à débloquer. C’est ici le changement le plus important qui existe par rapport au mode solo : à savoir que plus vous avancez dans les niveaux plus vous débloquerez des modifications intéressantes pour vos véhicules. Ces « updates » vous permettent de personnaliser un peu plus votre véhicule pour lui permettre par exemple de donner plus de coups de béliers aux concurrents ou encore un effet plus important de l’arme impact, bref, de quoi avoir des véhicules totalement différents d’un lieu à l’autre mais également d’un mode de jeu à l’autre. En plus des fans que vous gagnerez au fil des épreuves, il y a des « défis » à relever, concernant les véhicules mais également concernant les différents aspects de conduite… ceux-ci rapportent bien entendu leurs lots de fans, je pense particulièrement aux défis quotidiens qui sont « resetés » chaque jour et vous permettent d’engranger facilement 6000 points en moins d’une demi-heure, voire beaucoup plus si l’on joue plus longtemps. Hormis la course pure donc sans armes (façon PGR), vous aurez accès aux courses de 10 participants (Escarmouche) mais également aux courses ultimes (20 participants) où vous devrez faire face à cette horde enragée de chauffards prêts à tout pour passer en première position. A noter, qu’il existe également un mode Annihilation assez proche d’un Destruction Derby où 20 personnes se trouvent enfermés dans une arène, c’est bourrin, c’est parfois très rageant mais c’est ça l’arcade ! Enfin, sachez qu’il existe également des modes de courses en équipe et un mode tour de monde assez sympathique, de plus comme souvent dans les jeux Bizarre Creations un mode multijoueur à 4 en local est disponible, bref, vous l’aurez compris, il y a facilement de quoi s’occuper pendant de très longues heures.

02

Techniquement parlant, je serai moins critique que bon nombre de journalistes (pseudo ou officiels), certainement dû à mon fanboyisme exacerbé envers Bizarre Creations. En effet, graphiquement le jeu est plus que correct, bien sûr on est loin de ce qu’arrive à faire Epic Games avec son Unreal Engine mais c’est vraiment très correct, certes, je ne suis pas ébahi non plus par les décors mais ça reste potable et à aucun moment je n’ai trouvé ça moche. Puisque nous sommes dans l’aspect visuel, autant aborder un gros point fort des jeux Bizarre… l’esthétisme des menus… dans certains PGR on se perdait facilement dans les tableaux, ici tout est fluide, et surtout bien séparé entre mode solo et mode multijoueur, un régal également de retrouver le détail des succès à débloquer avec la progression en cours, idéal pour savoir combien de frags on doit encore faire avec telle ou telle arme. Il y a deux aspects techniques qui sont plus que maîtrisés par Bizarre, il s’agit notamment de l’animation qui ne souffre à aucun moment de ralentissement (ça a dû m’arriver une seule fois en ligne), la seule chose que l’on puisse déplorer concerne la latence existante entre le moment où le missile touche votre adversaire et où celui-ci vole en éclats… si l’on joue avec des personnes d’un autre continent que nous. L’autre aspect positif sur Blur n’est autre que la prise en main qui est d’une part très rapide (conduite arcade je le rappelle) mais également qui répond au doigt et à l’œil, un pur bonheur ! Pour ma part, j’ai un seul véritable regret par rapport à Blur, il s’agit du site internet communautaire qui n’a pas survécu à la mort du développeur… alors que sur PGR on peut suivre les « scores » et « temps » sur chaque circuit, ici les erreurs de programmation n’ont jamais été corrigées et aujourd’hui nous n’avons guère d’espoir de les voir un jour…

01

En conclusion, je pense qu’il n’y a pas grand-chose à ajouter à cette critique, comme vous avez pu vous en apercevoir, j’aime vraiment beaucoup ce Blur, il me rappelle en de nombreux points Wiepout, ça remonte en effet à pas mal de temps… les grandes qualités du dernier jeu de voiture de Bizarre Creations me feront regretter pendant encore de nombreuses années ce développeur de talent qui n’a malheureusement pas survécu au mercantilisme exacerbé d’Activision… surtout quand on sait que Blur 2 était en développement et qu’il fut purement et simplement annulé. D’ailleurs, de nombreux développeurs du studio se sont retrouvés chez Playground pour travailler sur les épisodes Forza Horizon, notamment le deuxième épisode dont nous avons parlé la semaine dernière.

bizarre creationsblurcoursemario kartpcps3wipeoutxbox 360

Man-Jimaru • 6 mai 2015


Previous Post

Next Post

Comments

  1. Kurdy 7 mai 2015 - 10 h 00 min Reply

    Excellent jeu bourré de fun ! Bien retranscrit dans ton article 😀

    • Man-Jimaru 7 mai 2015 - 19 h 32 min Reply

      Merci 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.