1

La Coupe du Monde de Football dans le Retrogaming

Comme tous les quatre ans, la planète du football se réunit pour la plus importante des compétitions de ce sport. Depuis le début des années 80, les développeurs se chargent de retranscrire cet événement dans le monde du jeu vidéo par le biais de titres disposant ou non de la licence officielle de la FIFA et surtout d’une manière plus ou moins réussie. J’ai décidé de vous proposer une sélection non exhaustive de jeux marquants traitant de la Coupe du Monde de Football dans le Retrogaming, allant de la période mexicaine de 1986 pour finir à l’apothéose du football français et la victoire de nos bleus sur nos terres en 1998.

wc

  • Mexico’86 : World Cup Carnival (Commodore 64) / Mexico 86 (Arcade)

Même s’il y a eu des « ersatz » auparavant comme Exciting Soccer, aucun d’entre eux n’avaient la mention « World Cup » et n’étaient donc pas sortis à l’occasion de cet événement planétaire. Nous sommes donc en 1986, il s’agit en quelque sorte de la préhistoire du jeu de football où, enfin, certains éléments allaient nous permettre de nous considérer en Coupe du Monde comme par exemple, la présence des équipes nationales, les panneaux publicitaires… World Cup Carnival, développé par le fameux US Gold, est plus que rudimentaire dans son affichage avec nombre de couleurs plus que limité, une jouabilité très rugueuse peu facilitée par l’utilisation du joystick du Commodore 64 et une vitesse d’animation peu glorieuse. A oublier forcément, même si l’intention pour l’époque est plus que louable.

wcc641

Préférez-lui le jeu d’arcade Mexico 86, développé par le studio Micro Research sur bornes d’arcade plus généralement connu sous le nom de Kick and Run, qui met en scène un véritable match à onze contre onze pour la première fois dans l’histoire de jeux de football. Un titre plutôt novateur donc, car outre le fait assez anecdotique d’intégrer la règle du hors-jeu, il permettait surtout à deux joueurs d’affronter simultanément la machine. Qui plus est, la réalisation est de plutôt bonne qualité grâce à des graphismes assez fins et une animation beaucoup plus fluide que sur les titres de la concurrence.

mexico

  • Italia’90 : Nintendo World Cup (NES) / World Cup Italia 90 (Megadrive)

La Coupe du Monde chez nos voisins transalpins tombait à point nommé en pleine période de transition entre l’apogée des consoles 8 bits et les tout premiers balbutiements de la génération 16 bits. Nintendo World Cup, plus connu au Japon sous le nom de Kunio-kun no Nekketsu Soccer League, fait donc partie de la série des Kunio-Kun, qui fut développée par Technos Japan (responsables de Double Dragon ou encore Super Spike VolleyBall…) en 1990 sur NES, puis adapté sur Game Boy. Nous sommes ici face à un jeu où s’affrontent deux équipes de six joueurs aux dimensions disproportionnées (Super Deformed) dont les traits, grossiers, rappelaient sans conteste Billy et Jimmy Lee de Double Dragon. Deux modes de jeu étaient disponibles : le tournoi à 14 équipes (Coupe du Monde) et un mode versus où il était possible, via le NES Four Score, de brancher jusqu’à quatre manettes simultanément. Sur le terrain, les règles sont très particulières, on ne dirige qu’un personnage (le capitaine), le reste étant contrôlé par l’ordinateur ; les fautes ne sont jamais sanctionnées et pour accentuer son côté nippon, des coups spéciaux sont mis à la disposition du joueur, faisant ainsi référence à l’anime Captain Tsubasa (Olive et Tom chez nous). Vous l’aurez compris, ce Nintendo World Cup est un jeu très spécial dans l’univers de la Coupe du Monde de football mais qui a su poser les bases d’un genre repris par la suite dans les Mario Smash Football ou encore Sega Soccer Slam.

nesworldcup

Dans un registre beaucoup plus conventionnel, World Cup Italia 90 sorti sur Megadrive et sur bornes Sega Mega Tech est le premier jeu sorti sous licence officielle de la FIFA avec les logos adéquats, il s’agit donc de la première pierre vers un réalisme toujours plus poussé. En vue de dessus comme cela a pu se faire par la suite sur des jeux référence comme Kick Off ou Sensible Soccer, la Coupe du Monde italienne allait pouvoir se rejouer comme si on y était, bien que les noms des joueurs aient été tronqués ou modifiés faute de droits suffisants. Une autre innovation, qui allait être reprise dans d’autres titres, n’est autre que la célébration d’un but au moyen d’un écran fixe zoomant sur le buteur accompagné d’une voix digitalisée du plus bel effet (pour l’époque !). Le jeu fut toujours considéré comme l’un des pires titres de la Megadrive.

italia

  • USA’ 94 : Fifa International Soccer (Super Nintendo) / Super Sidekicks II (Neo Geo / Arcade)

En 1994, première coupe du monde organisée par les Etats Unis d’Amérique, malgré l’élimination de nos bleus lors des phases qualificatives face à la Bulgarie, les jeux sortis à l’occasion de cette compétition furent particulièrement intéressants du fait de l’utilisation plus affutée des consoles 16 bits mais également du fait de l’arrivée proche de l’apogée des systèmes arcade. Fifa International Soccer est le premier épisode de jeu de football développé par les désormais célèbres EA Sports, franchise qui n’eut cesse de se développer au fil des années pour arriver au réalisme que l’on connait aujourd’hui  sur les machines actuelles. Cet épisode pose donc les bases en offrant une vue du terrain en 3D isométrique, véritable révolution à l’époque car nous étions plus habitués à soit une vue de dessus soit de profil. L’animation connut, elle aussi, un grand bouleversement avec pas moins de 2000 animations différentes des protagonistes (joueurs et public) permettant des gestes encore jamais vu sur consoles de salon (bicyclettes, têtes plongeantes, fautes flagrantes, tacles…). L’action est à mi-chemin entre la simulation et l’arcade, dans le style de ce qu’avait déjà fait EA Sports avec sa franchise de Hockey sur glace NHL. L’ambiance retranscrite subit de gros changements avec un public désormais plus réaliste mais surtout des éléments de gameplay qui seront repris par la suite comme par exemple la barre de puissance de frappe (exclusive à l’épisode Super Nintendo). De gros défauts viennent tout de même entacher ce tableau idyllique comme une licence FIFA peu exploitée (noms de joueurs fictifs) ou encore une jouabilité exécrable à cause de très nombreux ralentissements dans l’affichage.

fifa

Si l’on souhaite vraiment se décrocher la mâchoire en 1994, mieux vaut se tourner une nouvelle fois vers l’arcade avec Super Sidekicks 2 The World Championship – Tokuten Oh 2 de SNK, la suite de l’épisode éponyme sorti deux ans auparavant. Pas de licence officielle pour SNK mais pas moins de 48 équipes sélectionnables, chacune ayant ses propres caractéristiques (vitesse, force, défense…) qu’il est possible de « booster » lorsqu’on l’a choisie. Le gameplay a été enrichi par rapport au premier Super Sidekicks avec notamment la possibilité de jouer avec trois boutons (dont les fonctions sont différentes que l’on soit en défense ou en attaque). Du côté des autres nouveautés, lors d’un match nul, le choix est maintenant donné soit de refaire un match entier, soit procéder aux prolongations avec le principe de la mort subite (celui qui marque en premier remporte la victoire), ou encore la cruelle séance des tirs au but avec toutes les fourberies que cela implique lorsque l’on joue contre un ami. La dernière nouveauté est l’intégration d’un coup spécial lorsque l’on approche du but de l’adversaire, notifié par le texte « Chance » en dessous du joueur, dès l’activation de ce mode la vue passe en mode subjectif et l’on dispose de quelques secondes pour tenter de crucifier le gardien, ce mode étant peu efficace contre l’ordinateur mais très fourbe à utiliser contre un ami. Hormis ces ajouts quelque peu accessoires, le système reste le même : du fun très rapide, de jolies cut-scenes permettant de célébrer un but ou alors pour sanctionner les éventuelles fautes et on croise les doigts pour que l’ordinateur ne marque pas dans les dernières secondes de la partie… de l’arcade de la grande époque comme on n’en fait plus maintenant !

ssk2

  • France’98 : Tecmo World Cup 98 (Arcade) / World Cup ’98 ~Road to Win~ (Sega Saturn)

Pour cette Coupe du Monde mythique pour le peuple Français et ainsi nous replonger dans l’euphorie du « Et 1, et 2, et 3… zéro ! » de la génération black-blanc-beur, j’ai décidé de m’appuyer sur deux titres tournant sur des systèmes que j’affectionne tout particulièrement, à savoir le Sega ST-V en arcade et de l’autre la Sega Saturn en console de salon. Tecmo World Cup est une licence qui a déjà pas mal de vécu même si je ne l’ai pas encore abordée jusqu’à présent, celles ci furent assez bien mises en avant à la fois en arcade et sur consoles de salon. L’épisode 98 est reconnu pour être l’un des meilleurs jeux de football arcade d’avant 2000 et contient pas mal d’innovations par rapport à tout ce que nous avons pu aborder jusqu’à présent. Tout d’abord, le principal changement est le passage de la 2D à la 3D, 1998 cela faisait déjà presque cinq ans que les premiers jeux 3D étaient sortis en arcade, et Tecmo n’était absolument pas en reste car ils étaient déjà responsables d’un titre majeur qui n’est autre que Dead or Alive. Chose intéressante dans ce titre exclusivement sorti en arcade, la possibilité de choisir la caméra d’affichage du match, soit à l’horizontale soit à la verticale, ceci provenant essentiellement de la concurrence qui commençait à arriver sur les puissantes consoles de salon (PS1 et Saturn) et PC comme FIFA 96/97 qui proposaient un nombre de caméras nettement supérieur. La motion capture des joueurs n’a rien à envier aux simulations mais la comparaison s’arrête ici, car pour tout le reste nous sommes vraiment plutôt face à un descendant de Super Sidekicks en 3D avec des coups spéciaux à ne plus savoir qu’en faire, une vitesse dans l’action ne permettant pas de construire son jeu comme sur les simulations mais plutôt d’aller droit au but (sic !). Les graphismes, quant à eux, ne sont absolument pas ridicules pour l’époque, certes la 3D a bien vieilli par rapport à ce qui s’est fait par la suite, notamment sur bornes NAOMI (Virtua Striker par exemple) ou sur les consoles de génération suivante, mais c’est encore jouable actuellement notamment grâce à un gameplay propre qui ne subit que très peu les aléas des années. L’architecture du système arcade Sega ST-V étant proche de celle de la Saturn, j’ai longtemps attendu une conversion qui n’arriva jamais, certainement dû aux faibles ventes de la machine en Europe…

tecmo

Mon dévolu s’était donc jeté sur World Cup ’98 Road to Win sur ma machine de prédilection qu’est la Saturn. Ce titre est une exclusivité sur cette console (vendu uniquement au Japon) à ne surtout pas confondre avec FIFA 98 Road to World Cup qui fut développé par EA Sports et qui appuie plus fortement sur l’aspect simulation. WC98 est en fait une version dédiée à la Coupe du Monde du célèbre jeu de SEGA Sports, Worldwide Soccer 98 (alias Victory Goal au Japon) dont les précédents opus étaient plutôt réussis. Dans ce titre intégralement en 3D, nous avons un côté simulation de par la prise en compte de la météo (et de ses conséquences), des tactiques de notre équipe et de celle de l’adversaire ou encore des caractéristiques de chaque joueur (habituellement en arcade ce sont des notes globales pour l’équipe qui sont attribuées) ; et de l’autre, un côté très arcade par la prise en main des joueurs et de l’action ce qui donne une impression de maîtrise très rapidement. L’habillage Coupe du Monde 98 nous donne droit au fameux Footix, la mascotte choisie pour l’occasion, mais aussi à toutes les équipes présentes lors de la compétition ainsi que les villes où se sont exactement déroulés les matchs, malheureusement sans le nom des stades et encore moins les noms officiels des joueurs, il va falloir jongler pour retrouver les Zidane et Deschamps parmi les Zittane et Desant. Comme nous sommes sur consoles de salon, certaines options plutôt intéressantes sont présentes comme l’édition des joueurs (déjà présent dans les précédents Worldwide Soccer) ce qui permet au final, après des heures de travail, de se retrouver avec les véritables équipes. Un mode « Road to France » permet de tenter de se faire qualifier l’équipe Japonaise pour ensuite jouer la Coupe du Monde, disons qu’il s’agit d’un petit copier/coller de ce que faisait FIFA 98 à l’époque. Si je devais choisir un élément à mettre en avant sur ce jeu, c’est avant tout son gameplay et sa jouabilité : comme indiqué plus haut un savant mélange entre arcade et simulation mais surtout une réactivité comme rarement j’en ai trouvée dans un jeu de football en 3D, ce qui permet d’apprendre rapidement les rudiments du jeu dès les premières minutes.

wc98

Pour conclure, évidemment ces jeux présentés sont à des années lumière de ce que l’on peut voir sur les machines actuelles mais à chaque période, vous pourrez trouver un titre qui apporta un détail que l’on retrouve dans nos jeux contemporains, qui plus est de par cette sélection, on peut facilement voir à quel point l’arcade fut pendant longtemps supérieur aux consoles de salon, ce n’est qu’à partir des 32 bits que la tendance a commencé à s’inverser. Et vous quels sont vos souvenirs de jeux de football liés à la Coupe du Monde ?

coupe du mondefifafootballkunio kunsuper sidekickstecmoworld cupworldwide soccer

Man-Jimaru • 13 juin 2014


Previous Post

Next Post

Comments

  1. Dr house 19 mars 2018 - 21 h 58 min Reply

    Vous avez pas mentionné le super world Cup 90 sur atari édité par us gold

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.