0

Les Caravan Stages

Dans la diversité du monde vidéo-ludique, il s’avère que parfois des sous-genres apparaissent en marge d’un style de jeu plus général. Si on se cantonne, par exemple, aux jeux de combat il y aura, bien évidemment, les oppositions en un contre un (qu’elles soient en 2D ou 3D), les « battle tags » (en équipes 3 contre 3 comme King of Fighters) ou encore ce que l’on appelait de mon temps les « beat’em’ups », où votre personnage se bat contre une foule d’ennemis au travers de niveaux défilant les uns après les autres. Dans le fabuleux univers du shoot’em’up, sous-genre des jeux de tir, on ne peut échapper à cette règle avec des variétés assez importantes entre les shmups old school (du style Gradius, Raiden…), les « manic shooters » ou « Danmakus » / « Bullet Hell »(comme bon nombre de titres de la société Cave : Ketsui, Dodonpachi…) ou encore les « Run&Gun » (façon Metal Slug, Commando, Shock Troopers). Il existe, néanmoins, un mode totalement à part, né d’une initiative de la société Hudson Soft dans les années 80 au Japon, particulièrement méconnu du grand public et proposant un challenge très prenant : le Caravan Stage.

caravan_time

Suite à la présentation de Championship Lode Runner sur Famicom devant un public enthousiaste, rassemblé à l’occasion du Manga Festival du magazine CoroCoroComic, les dirigeants d’Hudson Soft eurent la brillante idée de proposer ce genre de manifestation dans tout le Japon afin de promouvoir leurs jeux fraîchement sortis sur la Famicom de Nintendo. Toshiyuki Takahashi (aka Takahashi Meijin), travaillant au sein du département communication du groupe Hudson, a été choisi (entre autres) pour être le présentateur de ces tournois et deviendra par la suite une véritable icône auprès des jeunes joueurs. Le concept est simple, chaque année à partir de 1985, un jeu adapté spécialement pour l’occasion, est mis à l’honneur lors de concours de scoring (période de 2 minutes pour les qualifications, 5 minutes pour les phases finales : vulgairement appelé Time ou Score Attack) et c’est un bus aux couleurs d’Hudson, rempli de consoles, qui arpentait les routes nippones permettant ainsi au plus grand nombre d’y participer. Cet événement allait permettre l’émergence d’une nouvelle approche du shoot’em’up puisque le but était de trouver toutes les parades et bonus cachés pour faire grimper le score toujours plus haut. Les meilleurs participants de chaque étape régionale où passait le bus, avaient le droit de participer à la grande finale à Tokyo, le vainqueur repartait avec la » Hu-Card Special Version » du jeu accompagnée d’un magnifique diplôme.

  • 1985 : Star Force – Famicom

C’est le premier jeu mis à l’honneur, son premier niveau se terminait à peu près en 2 minutes, ce qui était idéal pour le concours. Les meilleurs joueurs atteignaient même le second niveau, leur permettant ainsi de grappiller quelques points supplémentaires leur permettant parfois de faire la différence par rapport à leurs concurrents. Ce premier concours fut un énorme succès et il a été décidé de continuer l’année suivante.

  • 1986 : Star Soldier – Famicom

A l’origine, Hudson voulait donner une suite à son titre phare de 1985, le jeu devait s’appeler Super Star Force. Mais, suite à un désaccord avec le détenteur de la licence (Tecmo), ils ont dû repartir de zéro pour créer un nouveau titre, qui s’avérera être un épisode clé dans la série. C’est d’ailleurs sur ce jeu que l’histoire du 16-Shot de Takahashi Meijin vit le jour. Pendant le développement de Star Soldier, l’icône d’Hudson était en train de le « beta-tester » quand il actionna 16 fois le bouton de tir en 1 seconde, ce qui entraîna de multiples bugs d’affichage. Ce qui, au départ, n’était qu’un bug de conception, sera par la suite repris dans les conditions permettant de faire grimper sensiblement le score dans le jeu définitif.

  • 1987 : Hector 1987 – Famicom

Suite non officielle de Star Soldier, Hector 87 était présenté sous un mode 2 / 5 minutes, c’est le premier à avoir proposé ces contraintes temporelles « officielles », sur les deux premiers, le chronomètre n’étant pas intégré au jeu. Rien de particulier sur ce titre, si ce n’est qu’il est légèrement en deçà de ses deux prédécesseurs malgré l’idée originale de proposer l’alternance entre niveaux à scrollings vertical et horizontal.

Ces 3 titres sont les précurseurs du Caravan Stage, ils ont été publiés par Hudson Soft en version « Caravan » dans une compilation sur Super Famicom à l’occasion du 10ème anniversaire de ces tournois estivaux.

A partir de 1988 jusqu’en 1992, Hudson a profité de ces rendez-vous annuels pour mettre en avant la reine du shmup de NEC : la PC Engine. Nous sommes ici en présence du nec plus ultra (^^) du shoot’em’up avec des titres comme Gunhed (1989), qui devait au préalable être une suite de Star Soldier ; Super Star Soldier (1990), Final Soldier (1991) et enfin l’un des jeux les plus aboutis de la machine Soldier Blade (1992), ce dernier ayant grillé la politesse à PC Denjin qui avait été initialement choisi. Lors du Caravan Stage de 1988, Hudson avait mis en lumière son jeu de baseball Power League avec un système de concours différent de ce que l’on avait pu voir avec les jeux de tir (championnat par équipe plutôt intéressant). De 1991 à 1993, la société Naxat reprit le concept pour faire découvrir lors de son Summer Carnival, ses jeux tournant sur PC Engine Duo (CD) : Spriggan, Recca/Alzadick et Nerzx. Les événements estivaux d’Hudson ont continué à faire vibrer le Japon jusqu’en 1997, avec notamment des versions spéciales de Bomberman – titre le plus représentatif de la Bee Company.

Gunhed-SBlade

Au final, je retiendrai essentiellement deux choses de ces Caravan Stages : d’une part, que ces événements ont permis l’avènement d’un nouveau mode de jeu dans le mode du shmup, facilitant l’esprit de compétition entre les fans. D’autre part, le succès rencontré par ces manifestations a permis à la société Hudson d’acquérir une certaine notoriété auprès de son public, ce qui a été un atout non négligeable pour le développement de leurs jeux sur la console de NEC. Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’histoire de Takahashi Meijin, je vous invite à vous procurer sa biographie  aux éditions Pix »N »Love qui retrace toute son histoire et notamment cette partie « Caravan Stage » qui fut un véritable tremplin à sa carrière. Si toutefois, vous vous sentez l’âme d’un Caravan Shooter, outre la ribambelle de titres nommés dans cet article, vous pouvez tester l’excellent doujin développé sur NES en 2010 : Blade Buster.

caravanfamicomhudsonjaponpc engineshoot-em-uptakahashi meijin

Man-Jimaru • 24 mai 2014


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.