0

OlliOlli

Difficile de s’y retrouver dans toute cette masse de jeux indépendants, entre les “Rogue Like”, les FPS, les “MetroidVania”, les RPG… par contre, du côté des jeux de “sport” axés arcade comme en fait partie OlliOlli, l’offre est de suite moins abondante. Pour être franc, je n’avais quasiment pas entendu parler de ce jeu, certainement une peur de la déception, comme avec bon nombre de productions indés de ces derniers temps. C’est finalement, au détour de promos sur l’excellent GOG.com que je l’ai découvert au prix dérisoire de 2.39€ (10€ prix normal), après avoir lu une rare critique de ce titre de Roll7 sur un site spécialisé. Sorti en juillet 2014 sur PC, c’est essentiellement sur PS Vita que je l’ai essoré, car je n’ai pas dérogé à ma règle de le prendre à la fois sur PC et sur la portable de Sony pour pouvoir y jouer de n’importe où.

Screenshot OlliOlli

 

De prime abord, ce jeu peut être particulièrement rebutant : graphismes 2D minimalistes avec des environnements malheureusement un peu trop limités, bande sonore plutôt intéressant avec des morceaux bien choisies qui se fondent bien dans l’univers, une difficulté à prendre en main… bon nombre de joueurs actuels lâcheront rapidement le jeu et pourtant, c’est une grosse erreur car comme la plupart des jeux à connotation arcade, c’est avec le temps et la maîtrise qu’OlliOlli nous montre tout son potentiel. Vous dirigez un skater sur un plan en 2D, il devra arriver à la fin du niveau en y réalisant des figures et surtout en évitant tous les obstacles se présentant sur son passage. On retrouve l’esprit des jeux “old school” avec notamment des défis imposés à réaliser sur tous les niveaux (cinq étapes par univers pour un total de 25 niveaux). Dès lors que tous les défis d’un niveau sont terminés, vous accédez à un nouveau niveau plus difficile et encore plus exigeant. Là où de nombreux jeux vont se contenter de proposer uniquement un “concours de score”, ceux d’OlliOlli sont riches et variés avec de vrais exercices de skill (figures imposées), ou des restrictions particulièrement redoutables (une seule poussée sur tout le niveau). Les premiers essais sont assez déroutants, notamment au niveau des réceptions des saut qui demandent pas mal d’entraînement avant d’être maîtrisés. Il vous faudra donc abuser de la touche recommencer pour arriver à vos fins et vous rendre compte qu’au final tel ou tel défi n’était pas si insurmontable.  Vous l’aurez compris, on est en plein dans le “die & retry” cruel qui donne parfois envie de jeter la console / manette par la fenêtre.

Screenshot OlliOlli

 

La prise en main d’OlliOlli est assez particulière avec un bouton pour effectuer une poussée, qui est réutilisé pour assurer la réception d’un saut. Le stick gauche permet de lancer des figures, que l’on peut combiner avec les boutons de tranche des manettes. Assez rudimentaire me direz-vous pour ce gameplay, oui pour le peu de boutons utilisés mais non pour le nombre impressionnant de techniques à maîtriser entre les “Wheelflip”, “Kickflip”, “360”, “Grinds” en tout genre. Rassurez vous, un glossaire de toutes les techniques est bien présent dans le jeu avec toutes les manipulations nécessaires pour les réaliser de la meilleure manière. Cependant, il faudra certainement vous y reprendre plusieurs fois pour comprendre les mécaniques de ce jeu. Comme indiqué plus haut, un système de scoring est mis en place avec des classements en ligne, redoutable surtout si vous avez des amis qui jouent sur le même système que vous. Il vous faudra effectuer un maximum de combos de figures, en les enchaînant au meilleur moment, en vous réceptionnant de la meilleure façon possible afin de faire grimper le score… Qui plus est, chaque jour vous aurez accès à un “Daily Challenge”, sur lequel vous pouvez vous entraîner autant de fois que vous voulez avant d’effectuer le seul et unique essai qui sera pris en compte pour les leaderboards… vous avez dit addictif ?

Screenshot OlliOlli

 

Au final, c’est un jeu que l’on trouve aux environs des 10€ (hors soldes), qui sent bon la naphtaline des années 80-90, et permet de passer d’agréables moments même si la frustration peut très vite arriver. Un titre que l’on peut aimer reprendre à petite dose par ci par là, mais qui n’est pas à réserver à tout type de joueur ; une sorte de trip hardcore surtout si l’on souhaite boucler tous les défis difficiles et le boucler à 100%. Roll7 est actuellement en train de développer un second épisode à OlliOlli pour PS4 / PS Vita. Cette fois ci, il mettre en scène de nouveaux univers, niveaux, graphismes et surtout un mode multijoueur… encore de quoi passer de nombreuses heures à s’arracher les cheveux !

aviscritiquedevolverindéindie gameolli ollipcPSVitaroll7

Man-Jimaru • 14 janvier 2015


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.